En Arctique, le soleil aussi promène ses chiens

Il était aux environs de 13 heures lorsque je repartais tranquillement au centre. Il faisait beau, très beau même. Pas un nuage ne flottait dans les airs. Le soleil en pleine face, je marchais tête baissée pour ne pas à être aveuglé. Les lunettes, j’y avais pensé. Si peu qu’un film de buée vienne se déposer sur les verres, par le froid qui sévit, ces derniers se teinte d’un film instantané de glace et rend la vision peu efficace. Il ne manquerait plus que je me fasse engloutir par un pick-up du fait de ma non-vigilance. Alors on range sagement les lunettes dans sa poche et on regarde ses pieds aller de l’avant. De toute façon, ils connaissent le chemin.

Toutefois, je remarquais une chose étrange lorsque je levais la tête pour regarder dans quelle direction où voguaient mes pieds. De part et d’autre du disque solaire, se trouvaient, positionnés à l’identique, deux fragments d’arc-en-ciel. Je m’interrogeais. Pour qu’un arc-en-ciel puisse apparaître, il faut du soleil et de la pluie. Du soleil, ça oui ! De la pluie, par -25°C, ne resterait pas longtemps liquide. Alors une forte humidité ! Ce matin, le thermomètre m’en indiquait 27%. Mais alors, comment est-il possible ?

C’est sur le point d’arriver à mon centre que je me rendis compte que l’air était chargé en fines particules de glace. Et, mûri par une longue et intelligente réflexion, je compris que le soleil, au plus haut de sa course, à la fois se réfractait et se reflétait sur l’atmosphère, alors chargé en ces micro-particules de glace. Ceci resulta en un halo de 22 degrés autour du soleil dont les deux points les plus brillants, positionnés de part et d’autre, prirent sitôt l’apparence de micro-soleils, ou bien de fragments d’arc-en-ciel.

« Eurêka ! » m’écriais-je devant l’ordinateur lorsque enfin j’eus trouvé la réponse à mon problème. Non, je n’ai pas raisonné mais plutôt flairé mon nez du côté de google. Ce dernier m’a indiqué le lien d’un website sur lequel était posté en scoop le même phénomène, vu le même jour au village voisin. Intriguant.

Pour le moins étonné de cette cyber trouvaille, je compris également que le nom de ces petits soleils étaient appelés en réalité sundogs ou « chiens du soleil ». Sinon, il existe le terme parhelion, beacuoup plus tendance si vous souhaitez en faire fantasmer plus d’un au cours d’un dîner aristo. Les « Chiens du soleil » sont ainsi appelés car si le halo est visible durant plusieurs heures, le soleil poursuivant sa course, ces micro-soleils suivent la marche, comme deux chiens enlaissés à leur maître.

Alors que le chien d’à côté, attaché à sa laisse en maillon de fer, jappait à n’en plus tenir, tournait dans tout les sens, se contorsionnant par tout cotes, dans le seul but d’appater son maitre pour le promener. Bien malheureusement, je compris en fait que seul le soleil sait promener ses chiens, dans les contrees Arctique.

Référence: Ice crystal halo seen from Canada’s Northwest Territories on Eartsky.org

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s